Livre : Les indésirables Français et étrangers

Découvrez l’histoire extraordinaire de ces Indésirables civils Français et Etrangers qui ont été internés dans des camps, en France et dans les colonies, de 1939 à 1946, car considérés comme suspects. La IIIe République vieillissante va créer la loi du 12 novembre 1938 pour les étrangers, permettant aux Préfets d’interner tous les Indésirables qui ne pouvaient rentrer dans leur pays et ouvrir à cet effet dès janvier 1939 des camps, le 1ersera Rieucros en Lozère. Par la loi du 18 novembre 1939, ce sont les Français Indésirables qui font aussi l’objet d’arrestations. Le régime de Vichy va, par la loi du 4 septembre 1940, viser les Juifs, les nomades et toujours les communistes et les étrangers. A la Libération, cette loi du 18 novembre 1939, est reprise pour interner les Collaborateurs et les « marché noir ».

Ce que nous apportons comme nouvelles connaissances sur l’internement des civils :

Pour la 3e République :

– Les ressortissants de l’Empire Allemand en 1939 et 1940 :
Anne Grynberg a fait une synthèse nationale sur ce sujet, carte reprise par D. Peschanski, elle a trouvé 86 camps, nous en avons identifié formellement, références à l’appui, 128 CRE plus 33 Points de Destination soit 161 centres. (carte jointe)
– Les femmes allemandes en mai 1940 :
Pour les 10 000 femmes allemandes qui ont été internées fin mai 1940 et début juin, aucun auteur n’a fait une synthèse nationale, ce que nous faisons carte à l’appui. Nous avons identifié 81 CRE sur les 89 possibles.
– Les ressortissants de l’Empire Allemand en septembre 1940 :
En septembre 1940, dans la Zone Non Occupée dite «libre» un troisième rassemblement des ressortissants de l’Empire Allemand va avoir lieu avec des Centres de Rassemblement des Etrangers que nous avons trouvés. Il n’y a pas d’auteur à avoir écrit sur le sujet.
– Les Italiens le 10 juin 1940
Nous avons identifié 199 Camps de Rassemblement (CRE) en juin 1940, carte et références à l’appui.
– Les Centres de Séjour Surveillé pour les Français
Pour les Français Indésirables, nous avons répertorié les camps selon les quatre catégories :

  •  Français non mobilisés :
    – les «Dangereux pour la Défense nationale» : les communistes
    – les «Dangereux pour la sécurité» : les repris de justice et gens sans aveu.
  •   Français mobilisés : les Compagnies de passage Spéciales pour les «Dangereux pour la Défense nationale ou la Sécurité Publique»

Une carte a été réalisée pour la période de janvier à juin 1940 avec le positionnement des deux Centres de Séjour Surveillé et d’un camp pour la compagnie de passage, par Région Militaire. Aucune n’avait été faite sur le plan national à ce jour
– Les Compagnies de Travailleurs Espagnols
Nous avons répertorié les 258 compagnies qui ont existé (n°1 à 258), liste qui n’avait pas été faite au niveau national, avec leurs premiers lieux d’affectation dès avril 1939 et leurs transferts par la suite.

Pour l’Etat Français :

– Les Britanniques et les Américains
Ils vont être internés pour les premiers, les hommes, dans la Zone Occupée dès le mois d’août 1940 et pour les femmes et vieillards en décembre 1940. Dans la zone non occupée ce sera à partir de 1943. Les Américains le seront dès la déclaration de guerre de l’Allemagne en décembre 1941 en Zone Occupée. Nous avons établi une carte des transferts d’internés avec les camps en Pologne en distinguant le cas du Nord-Pas-de-Calais, rattaché au commandement militaire en Belgique.
– Les Juifs, les Communistes et les Nomades (carte jointe)
Nous abordons aussi les centres de rassemblement en distinguant ceux pour les Juifs, ceux pour les Nomades et pour les Communistes en fonction des zones et des périodes.

A la Libération :
Enfin nous abordons les camps pour les personnes soupçonnées de collaboration et de « Marché Noir » à la Libération, cartes à l’appui.

 

Dans ce 1er livre, de plus de 650 pages au format 21×29,7 cm, nous avons reproduit 387 cachets ou marques de censure et plus de 110 lettres en quadrichromie et avons recensé toutes les lettres ou cartes connues par camp, grâce à l’aide des plus grands collectionneurs. Le livre de très belle facture, dos carré collé avec couture, est imprimé sur du papier couché mi-mat en 115 g. Date de parution avril 2020.

Avec la préface de Serge Klarsfeld, Président des Fils et des filles des déportés juifs de France,
et l’avant-propos de Robert Abensur, Président de l’Académie de philatélie.

Lire le sommaire

Voir quelques pages

Téléchargez le bulletin de commande